Au détour d’une critique ou d’une présentation de jeu, on entend parfois des termes étranges qu’il semble important de connaitre pour entrer dans la communauté des joueurs. C’est le cas de « double guessing » deux mots sur toutes les lèvres (ou sur tous les claviers, au choix).

Mais qu’ont donc en commun Love Letter, Skull & Roses, Shazamm, Lost Legacy, et tant d’autres ?

Love Letter double guessing

La princesse de Love Letter : défausser cette carte vous fera perdre la manche

Cherchons un peu du côté de l’anglais … bingo ! Guess : deviner. Une double devinette, donc ? Tout simplement, oui.

Il s’agit de deviner ce que vont faire ses adversaire pendant qu’eux même font la même chose de leur côté. De quoi donner mal à la tête, non ? « Il a joué ça la dernière fois, donc c’est probable qu’il joue comme ça … à moins qu’il joue ça, si il pense que je pense qu’il jouerait plutôt ça … ».

Un pierre-feuilles-ciseaux en quelque sorte.

Le plus souvent associé au bluff, ils font bien la paire : laisser filtrer des informations ou faire semblant d’aller dans une direction pour mieux courir dans l’autre font partie intégrale de la tactique.

Même si à la lecture de cet article, le double guessing peut sembler réservé aux jeux intellectuels, ce sont surtout des jeux d’ambiance qui en bénéficient. Le meilleur exemple en est Love Letter qui tient en 16 petites cartes et qui permet des parties endiablées. Un véritable coup de coeur qu’il est possible de ressortir avec n’importe quel type de joueurs.

En bref