20 minutes

3 joueurs min

6 joueurs max

Auteur(s) :

Editeur(s) :

Illustrateur(s) :

Les Français parlent aux Français est une émission radio diffusée diffusée sur la BBC du au

L'Histoire derrière le jeu

Tout commence avec l’appel du Général de Gaule sur les ondes radio de la BBC le 18 juin 1940. Lors de cet appel, de Gaule demandait aux Français de ne pas cesser le combat même si l’armistice avait été signée.
Malgré son importance Historique, il n’existe aucun enregistrement de cet appel, la version que nous connaissons étant celle du discours du 22 juin 1940.

appel 18 juin

L’émission « Ici la France » (vite renommée « Les Français parlent aux Français ») est alors programmée sur les ondes pour que les réfugiés puissent rassurer leurs proches. Elle commençait avec quelques notes de la Cinquième Symphonie de Beethoven, puis le présentateur annonçait : « Ici Londres. Les Français parlent aux Français ».

Elles était assurée par de jeunes chroniqueurs (Jacques Duchesne, Jean Oberlé, Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Pierre Bourdan et Pierre Dac) qui rompaient avec le style de la radio française grâce à des sketches, des blagues et des publicités détournées (« Radio Paris ment, Radio Paris ment, Radio Paris est allemand » par exemple). L’émission menait une guerre féroce contre la radio de la zone nord occupée par les allemands Radio Paris et celle de la zone sud Radio Vichy.

C’est à ce moment que la radio commence à être utilisée comme une arme. Le 1er janvier 1941, le Général de Gaule demande à ce que les rues de France soient vidées pendant une heure. La consigne a été suivie, notamment en Bretagne et dans le Nord.

L’idée des messages codés vient de Georges Bégué, un ingénieur français et agent secret des services britanniques. Le premier d’entre eux, diffusé le 3 septembre 1941, est « Lisette va bien ». Ces messages servaient à transmettre des ordres, accuser réception de messages, remercier les agents, etc. 80% d’entre eux concernaient des opérations aériennes.

Quelques messages annonçant un parachutage :

  • « Nicolas dit salut aux vivants » le 28 mai 1942
  • « François Ier arrivera ce soir » le 7 juin 1942
  • « Le train n’attend pas les voyageurs » en juillet 1942
  • « Le diable passera six fois » le 22 janvier 1943
  • « Chez Dupont tout est bon. » en février 1943

Le jeu de société

D’après Boardgamegeek, il existe environ 4000 jeux sur la Seconde Guerre Mondiale, mais la plupart simulent des campagnes militaires et demandent aux joueurs de déplacer des figurines. Ils ne mettent en valeur que l’un des aspects de cette guerre et, bien que le thème soit présent, ne permettent pas vraiment de se plonger dans la société de l’époque.

ici londres

Ici Londres est un petit jeu rapide qui prend comme point de départ les diffusions de Radio Londres des années 40 à 44, notamment celles du Général De Gaule et de l’émission « Les Français parlent aux Français ». Il permet de perpétuer le devoir de mémoire de manière ludique en impliquant personnellement le joueur le temps d’une partie. Il s’agit d’un bon moyen de préserver les souvenirs de cette période.

Le jeu

Ici Londres est un jeu de petite taille composé uniquement de cartes. Les illustrations rappellent le style de l’époque et contribuent à l’immersion.

Ici Londres

Les 9 cartes « synthèse » sont placées au centre de la table. Elles représentent les cartes à faire deviner. Un autre paquet de cartes est posé non loin : celui des cartes « messages ». Chaque carte correspond à une carte de la table.

Au début de la partie, chaque joueur choisit un personnage et le pose devant lui. Elle permet de compter les points de victoire en la tournant. Pour gagner, il faut arriver à 7.
Le jeu est donc très rapide, parfois trop.

Le premier joueur prend la carte de l’émetteur, son voisin de gauche celle de l’espion. Les règles sont presque les mêmes qu’à Dixit Jinx puisqu’il faut faire deviner deux cartes … mais pas trop vite !
L’émetteur pioche deux cartes du paquet « message ». Il doit trouver une phrase codée permettant de les associer tout en commençant par « Ici Londres, les Français parlent aux Français ! ».

Chaque joueur va alors désigner tour à tour deux cartes sur la table jusqu’à ce qu’elles soient toutes trouvés. L’espion allemand gagne 2 points par carte trouvée, contre 1 point pour l’émetteur et 1 point pour le résistant ayant la bonne réponse.

Une fois la manche terminée, l’émetteur et le récepteur changent, chacun passant sa carte à son voisin de gauche.

Les variantes

Il existe 4 types de transmission :

  • Brides de message : les joueurs ne montrent qu’une carte au lieu de 2
  • Réseaux concurrents : les joueurs montrent leurs 2 cartes en même temps au lieu de le faire tour à tour. Il est impossible de montrer une image déjà occupée
  • Double 0 : les joueurs proposent deux images d’un coup, tour à tour. Il s’agit de la règle de base
  • Contre la montre : les joueurs décomptent de 10 à 0 pendant que le joueur actif montre ses cartes

Conclusion

La mécanique a beau être connue, le jeu prend grâce à son thème. Et si, au début, les joueurs hésitent à dire la fameuse phrase, ils se mettent ensuite à la clamer haut et fort et à prendre un accent allemand quand vient leur tour de jouer l’espion.

Son format et la simplicité de ses règles le rend très accessible. Attention tout de même au nombre de joueurs : la mécanique fait que seuls deux personnes seront actives. Ce n’est pas très grave à quatre ou cinq, mais ça peut devenir plus gênant à six. Il marche avec tous les types de joueurs, mais il faut tout de même une bonne imagination. Il n’est pas toujours facile d’associer deux cartes et le temps peut parfois être long pendant qu’une personne réfléchit.

Un autre point que je trouve dommage est au niveau du livret qui tient sur quelques cartes avec une police assez petite. Il aurait aussi été intéressant de parler du contexte et d’y inclure des phrases ayant vraiment été dites.

En bref

Public : Familial

Déduction

Réflexion

Culture

Bluff

Imagination

Les +

  • Le thème et la mise en scène
  • Des règles simples et efficaces
  • Les variantes qui renouvellement le jeu

Les -

  • Le nombre de joueurs : pas génial à cinq/six
  • Le risque de messages privés qu'un joueur peut adresser à un autre pour que lui seul comprenne
  • Peut être qu'il aurait fallu parler un peu plus du contexte

Le matériel

Liste du matériel
Nom Nb
cartes de règles 4
carte Speaker 1
carte Wehrmacht 1
cartes Résistant 6
cartes Message 36
cartes Synthèse 9