30 minutes

2 joueurs min

4 joueurs max

Auteur(s) : ,

Editeur(s) :

Illustrateur(s) :

Fairy Tile est un jeu de tuiles sur le thème des contes de fée. Dans un royaume imaginaire vivent une princesse, un chevalier et un terrible dragon. Les joueurs déplacent ces personnages pour accomplir des objectifs et écrire leur histoire.

L'histoire du jeu

Brett J. Gilbert raconte l’histoire de Fairy Tile dans son carnet d’auteur.

L’idée de construire un paysage commun avec des tuiles et de compléter des objectifs personnels lui est venue en 2014. À l’époque, les tuiles étaient carrées. Les joueurs avaient des tuiles et des cartes objectifs en main. Pendant leur tour, ils pouvaient poser une tuile (et scorer) ou échanger l’un de leurs objectifs avec un objectif visible.

Il est allé voir Matthew Dunstan pour l’aider à développer cette idée.

L’univers fantasy et les différents paysages (forêt, montagne, rivière) sont apparus très tôt. Les personnages sont arrivés par la suite pour peupler le royaume. Des objectifs supplémentaires ont été créés pour favoriser leur déplacement et les amener à arpenter le paysage.

Le jeu a été mis en pause pendant 6 mois, puis retravaillé pour affiner les mécaniques et le simplifier. Le prototype a finalement été proposé à Iello…

Les règles de Fairy Tile

Mise en place

Les 3 tuiles de départ sont placées au centre de la table. Chaque tuile contient une figurine spécifique.

Les tuiles restantes sont mélangées et posées à côté.

Les joueurs prennent 1 jeton Magie et se partagent au hasard les cartes Page. Ces cartes constituent la pile d’histoire. Ils ne peuvent regarder que la première carte de la pioche et doivent la garder secrète.

Ils peuvent vérifier cette carte à tout moment durant la partie.

Déroulement

Une partie dure un nombre indéfinie de tours. Les joueurs font leurs actions les uns après les autres.

Lors de son tour, le joueur actif a le choix entre 2 actions :

  • Développer l’histoire
  • Passer une page

Développer l’histoire

Si le joueur choisit de développer l’histoire, il a de nouveau le choix entre 2 actions :

  • Déplacer un personnage en respectant les contraintes de celui-ci :
    • La princesse se déplace d’1 case et peut, avant ou après ce déplacement, se téléporter d’un château à un autre (si elle se trouve sur un château).
    • Le chevalier se déplace toujours de 2 cases. Il ne peut pas revenir en arrière ni finir sur une case adjacente à sa case de départ.
    • Le dragon se déplace en ligne droite jusqu’à la dernière case possible. Il ne peut pas sauter de case vide.
  • Ajouter la première tuile de la pile au royaume. Elle doit être collée au royaume par au moins 2 côtés. Le placement est libre, mais il n’est pas possible de couper une rivière.

Après avoir fait l’une de ces actions, le joueur vérifie si le placement des personnages correspond à la première carte de sa pile d’histoire. Si c’est le cas, il la montre à tout le monde, lit son texte et la défausse.

Les cartes d’histoire ont 3 mots-clefs différents : voir, visiter et rencontrer :

  • Voir : le personnage peut voir un autre personnage seulement si celui-ci se trouve sur la même ligne que lui. La distance n’a pas d’importance et il n’y a pas de notion de ligne de vue.
  • Visiter : le personnage doit se trouver sur un lieu précis. L’objectif n’est valide que si le personnage a été déplacé ce tour-ci.
  • Rencontrer : les personnages doivent être sur la même case. Pour valider cet objectif, il faut avoir déplacé l’un des personnages pendant son tour.

Il ne peut pas défausser plus d’une carte lors de son tour.

Passer une page

Si le joueur choisit de passer, il place la première carte de sa pile d’histoire sous la pioche. Il retourne ensuite son jeton Magie face visible (valable à partir du prochain tour).

Lorsqu’un jeton Magie est visible, son joueur peut le retourner face cachée et réaliser une seconde fois l’action « Développer l’histoire ».

Fin de partie

Le jeu se termine immédiatement lorsqu’un joueur n’a plus aucune carte dans son tas d’histoire.

Il gagne la partie !

Les joueurs peuvent remettre dans l’ordre des numéros leurs Pages défaussées pour raconter l’histoire.

Le matériel

La couverture représente la princesse, le dragon et le chevalier dans un octogone. L’illustration (tout comme celles des cartes) fait penser à un vitrail, avec un nombre réduit de couleurs et des ombres inexistantes ou très simples. Certains aplats de couleurs comme le dragon ou le château ont aussi une texture.

La couverture ne reprend pas tout à fait les éléments du jeu :

  • Les tuiles du terrain ne sont pas des octogones, mais des hexagones.
  • La princesse et le dragon sont côte à côte et semblent communiquer. Le chevalier, plus loin, est assis sur un cheval. Cette image ne ressemble à aucune carte. Dans l’histoire, la princesse se fait kidnapper par le dragon et le chevalier vient à son secours.

Le titre du jeu est inscrit en haut à gauche. Le nom des auteurs et de l’illustrateurs sont juste en dessous de l’octogone.

Un vernis sélectif est appliqué sur le dragon, la princesse, le titre et certaines décorations.

L’arrière de la boîte présente les éléments du jeu et son principe. Il est écrit :

  • Découvrez la première page de votre livre… (une représentation des cartes montre qu’il est possible de regarder la première du paquet)
  • Ajoutez une tuile au Royaume… (une tuile est rapprochée du terrain)
  • … ou déplacez un personnage… (des flèches montrent le mouvement de la princesse)
  • … pour pouvoir raconter votre histoire. (les figurines sont représentées)

Les mots « découvrez », « ajoutez », « déplacez » et « raconter » sont mis en valeur.

Le titre du jeu, les tuiles et les cartes ont un vernis sélectif.

Plus bas, un texte explique de nouveau le principe du jeu. Des mots différents sont présentés en gras.

L’arrière contient aussi les caractéristiques du jeu, son matériel, un logo de l’éditeur et un drapeau indiquant qu’il est en français uniquement.

Le thermoformage en plastique permet de ranger facilement les différents composants. Il est légèrement trop petit. Il faut donc forcer un peu pour faire entrer les tuiles terrain. Il n’est pas possible de mettre des protège-cartes aux cartes.

Sans ce thermoformage, la boîte paraît bien vide…

Fairy Tile contient 15 blocs de terrain. Chaque bloc est constitué de 3 hexagones accrochés les uns aux autres.

Ils sont recto-verso, mais n’ont pas de face 1/2, A/B ou autre. Il est possible d’utiliser l’une ou l’autre sans distinction.

Parmi les terrains, 3 sont des tuiles de départ. Ils ont un symbole représentant l’une des figurine et 1/3 de cercle blanc. Ce cercle permet de bien les positionner.

Les tuiles sont épaisses et agréables à manipuler.

Les terrains peuvent être :

  • Une forêt
  • De la montagne
  • Un château

La rivière se positionne sur l’une de ces zones.

Tuiles et terrains
Recto Verso
  • Plaine + Rivière
  • Plaine
  • Forêt (chevalier)
  • Plaine + Rivière
  • Montagne
  • Forêt (chevalier)
  • Plaine + Rivière
  • Plaine
  • Forêt
  • Plaine + Rivière
  • Plaine
  • Montagne
  • Montagne
  • Montagne
  • Forêt
  • Montagne
  • Montagne
  • Forêt
  • Montagne + Rivière
  • Montagne
  • Forêt
  • Montagne + Rivière
  • Montagne
  • Plaine
  • Forêt + Rivière
  • Forêt
  • Plaine
  • Forêt + Rivière
  • Forêt
  • Montagne
  • Forêt
  • Forêt
  • Plaine
  • Forêt
  • Forêt
  • Montagne
  • Plaine
  • Plaine
  • Montagne
  • Plaine
  • Plaine
  • Forêt
  • Montagne
  • Forêt + Rivière
  • Plaine + Rivière
  • Montagne
  • Forêt + Rivière
  • Plaine + Rivière
  • Plaine + Rivière
  • Forêt
  • Château (princesse)
  • Montagne
  • Forêt
  • Château (princesse)
  • Plaine
  • Forêt + Rivière
  • Montagne + Rivière
  • Plaine
  • Forêt + Rivière
  • Montagne + Rivière
  • Forêt + Rivière
  • Plaine
  • Montagne (dragon)
  • Forêt
  • Montagne
  • Montagne (dragon)
  • Forêt
  • Montagne
  • Château
  • Plaine + Rivière
  • Montagne + Rivière
  • Château
  • Plaine + Rivière
  • Montagne + Rivière
  • Forêt
  • Plaine + Rivière
  • Montagne + Rivière
  • Forêt
  • Plaine + Rivière
  • Montagne + Rivière
  • Château
  • Plaine
  • Forêt
  • Château
  • Forêt + Rivière
  • Montagne + Rivière
  • Château
  • Forêt
  • Montagne
  • Château

 

Il y a finalement assez peu de modifications d’un côté à l’autre. La plupart du temps, seul l’un des terrains est différent. Certaines tuiles ne présentent aucun changement.

Les terrains d’un même types n’ont presque aucune variations entre eux. Par exemple : la forêt avec rivière peut avoir ou non des oiseaux dans ses arbres.

Fairy Tile contient 3 figurines pré-peintes :

  • Le chevalier
  • La princesse
  • Le dragon

La matière n’est pas précisée, il s’agit probablement de plastique. Elles font environ 4cm de haut.

Fairy Tile contient 36 cartes Page. À 3 joueurs, chacun en a 12 et à 4 joueurs, chacun en a 9. Ces cartes sont numérotés en bas à droite.

L’illustration prend 2/3 de la carte et fait penser à un vitrail. Elle montre les personnages et les lieux de l’objectif.

L’objectif et le texte d’ambiance sont inscrits en dessous. Ils sont séparés par un trait. Le mot-clé de l’objectif est en gras.

Les jetons Magie sont en bois. L’une des faces est vite, l’autre représente un symbole gravé et peint en doré.

La règle est claire et bien illustrée. Les explications sont détaillées et permettent de bien envisager les différents cas de figure.

Elle fait 11 pages :

  • La première présente le principe du jeu et le matériel
  • La seconde donne un aperçu du jeu et détaille le matériel jusqu’à la 4ème
  • La 4ème montre la mise en place
  • La 5ème à la 9ème page sont réservées aux règles du jeu
  • La 10 et la 11ème donnent des précisions sur certains objectifs

Mon avis

Fairy Tile est un jeu familial de pose de tuile et de déplacement. Les personnages et le plateau sont communs. Le territoire et l’histoire se construisent et évoluent donc ensemble. Malgré tout, le jeu est compétitif. Les joueurs peuvent s’entraider si leur objectif est proche, mais ils peuvent tout autant tenter d’envoyer le même personnage dans deux directions différentes.

Fairy Tile est un jeu chaotique dans lequel chacun tente de tirer le meilleur partie d’une situation qu’il ne contrôle pas totalement. Entre la fin de son tour et le début de son prochain tour, elle peut changer totalement.

Le jeu présente un certain aspect narratif, mais il est difficile à situer. Les cartes Page contiennent toutes une ligne d’histoire. À la fin de la partie, les joueurs peuvent remettre leur paquet de carte dans l’ordre des numéros et lire le conte de fée qu’ils ont construit.

Le déplacement des personnages est différent d’une figurine à l’autre :

  • La princesse n’avance que d’1 case et peut se téléporter d’un château à l’autre. Elle est particulièrement lente, surtout si elle s’éloigne des châteaux. Ses déplacements peuvent être assez frustrants lorsqu’elle doit se diriger vers une zone éloignée.
  • Le dragon se déplace en ligne droite jusqu’à la dernière case. C’est le personnage le plus rapide ! Par contre, il faut bien réfléchir à ses déplacements, ce qui peut être tout aussi frustrant lorsqu’il doit aller sur une zone du milieu. Les cartes qui demandent de bouger le dragon sont les plus difficiles.
  • Le chevalier est le plus simple à gérer : il se déplace toujours de 2 cases.

L’action de passer est assez forte : elle permet, plus tard dans la partie, de faire 2 actions au lieu d’1. Par contre, la carte actuelle est mise en bas de la pile. Il est donc possible de se retrouver avec une carte beaucoup moins intéressante.

Les règles sont simples et le jeu tourne bien. Les mot-clés « voir », « visiter » et « rencontrer » doivent tout de même être bien expliqués : « visiter » et « rencontrer » ne peuvent pas se valider automatiquement si le placement des personnages est bon au début de son tour.

Fairy Tile se joue de 2 à 4. Je n’y ai joué qu’à 3 et 4, mais je ne pense pas qu’il soit vraiment intéressant à 2. À 4, le jeu est particulièrement chaotique et l’action Passer devient très intéressante. Il est plus gérable à 3 : les joueurs se gênent beaucoup moins et peuvent vraiment prévoir d’un tour sur l’autre.

Le travail d’ergonomie et d’illustration est particulièrement soigné.

Les tuiles de départ sont claires, les zones bien délimitées et les figurines pré-peintes mettent dans l’ambiance. Les illustrations ressemblent à des vitraux. Les tuiles de paysage sont épaisses.

Seul bémol : il faut forcer un peu au début pour les faire rentrer dans le thermoformage de la boîte… ce qui n’est pas des plus pratiques !

L’histoire est classique : la princesse se fait enlever par un dragon, mais un chevalier courageux vient la sauver. Heureusement, Iello a mis à disposition :

Des fins alternatives sont aussi présentes sous forme de goodies.

Pour résumer : Fairy Tile ne s’adresse pas aux gros joueurs hardcore. C’est un petit jeu familial au matériel soigné. Il s’explique et se joue facilement. Les figurines et les tuiles sont agréables à manipuler et on passe un bon moment.

En bref

Public : Familial

Hasard

Connexion

Le matériel

Liste du matériel
Nom Nb
Tuiles « Contrée » 15
Figurines 3
Cartes « Page » 36
Aides de jeu 4
Jetons « Magie » 4
Livre de règle 1